INFORMATION ⚠
Cette année, l’accès au festival est libre, dans la limite des places disponibles. Pass sanitaire requis pour accéder aux sites de programmation.Les ateliers de traduction sont gratuits mais sur inscription. Seuls les séances de cinéma, les concerts et les repas sont payants.

Amandine Gay était venue parler de son projet de documentaire « Ouvrir la voix » lors de la 4e édition de Vo-Vf, à l’occasion de la sortie de « Ne suis-je pas une femme de bell hooks », traduit par Olga Potot (Ed. Cambourakis) dont elle signait la préface.

Son film documentaire, auto-produit, est encore à l’affiche en France après six mois d’exploitation et désormais présenté à l’étranger. Les jeunes femmes noires qu’elle interviewe y racontent des expériences individuelles, mais similaires qui démontrent qu’il ne s’agit pas d’un problème individuel, mais de confrontations quotidiennes à un racisme systémique.

Lire la suite de l’article sur le magazine du Goethe Institut