INFORMATION ⚠
Cette année, l’accès au festival est libre, dans la limite des places disponibles. Pass sanitaire requis pour accéder aux sites de programmation.Les ateliers de traduction sont gratuits mais sur inscription. Seuls les séances de cinéma, les concerts et les repas sont payants.

Les six titres retenus pour le Prix Inalco de la traduction remis lors du prochain festival VoVf, dimanche 4 octobre, en clôture sont :

  • Le dernier loup, traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, éd. Cambourakis
  • Alors vient la lumière, traduit de l’hébreu par Olivier Bosseau, éd. H&O
  • Etoiles vagabondes, traduit du yiddish par Jean Spector, éd. du Tripode
  • Les turbines du Titanic, traduit du croate par Chloé Billon, éd. Gaïa
  • Solenoide, traduit du roumain par Laure Hinckel, éd. Noir sur blanc
  • Le nuage et la valse, traduit du tchèque par Hélène Belletto-Sussel, éd. La contre-allée

Merci aux maisons d’édition qui ont fait parvenir leurs ouvrages en trois exemplaires à l’Inalco et félicitations aux traducteurs !

Le Prix de la traduction INALCO/Vo-Vf, doté de 1000 euros, est destiné à récompenser une traduction effectuée en français à partir d’une des 103 langues enseignées à l’Institut et publiée par un éditeur et diffusée en France. Sont éligibles des romans et recueils de nouvelles publiés dans les deux années précédant la remise du prix, en 2018 et 2019 pour cette 8 édition de VoVf.

L’an passé, pour sa première édition, le prix a été décerné à Maud Mabillard pour sa traduction du russe du roman de Gouzel Iakhina, Zouleikha ouvre les yeux, parue aux éditions Noir sur Blanc en 2017.

Pour tout renseignement supplémentaire : prixdelatraduction@inalco.fr