© VH magazine

Rencontre « BD, Histoire et résistance » avec Nadia Khiari (Willis from Tunis), le samedi 3 octobre de 16h à 17h, 2e étage Château du Val Fleury

 Zainab Fasiki est née en juillet 1994 à Fès, au Maroc. Intéressée par le dessin et la robotique dès l’âge de 5 ans, elle obtient le diplôme de technicienne supérieure en mécanique en 2014, classée première dans cette filière dans son pays. Elle poursuit ses études à l’Ecole nationale supérieure d’électricité et de mécanique de Casablanca, dont elle sort diplômée Ingénieure d’Etat en mécanique en 2017.
Elle commence à créer des bandes dessinées à 16 ans grâce à sa tablette graphique et son ordinateur dans sa chambre. Ces dessins sont ainsi autant de manières de célébrer les corps et leur beauté, mettant à mal un des piliers sur lequel repose les sociétés patriarcales, autant au Maroc qu’en Europe.
Après avoir collaboré à plusieurs projets artistiques, elle décide de se consacrer à sa carrière d’artiste et obtient une patente professionnelle de bédéiste et d’illustratrice.
Artiste militante pour les droits des femmes et les libertés individuelles, Zainab Fasikia fondé le collectif « Woman Power » qui encourage les femmes artistes marocaines via des ateliers de bande dessinée et d’activisme au sein d’universités et d’associations. En février 2019, au sein de celui-ci, Zainab Fasiki « a formé une vingtaine de femmes au métier d’illustratrice ».
Elle crée son projet Hshouma (« la honte », en arabe) qui vise à briser les tabous au Maroc et surtout à changer la façon de voir la nudité et les femmes. Pour ses combats, Zainab a été primée par Amnesty International, lors de la Journée Internationale de défense des droits humains, le 29 novembre 2018 à Rabat. La publication de l’album Hshouma est importante, c’est un acte militant pour la libération de la femme dans le monde arabe.

Livres parus : HSHOUMA, corps et sexualité au Maroc, Massot Editions, septembre 2019, 109 p.