Eve Vila, traductrice de l’anglais, est née à Sète et vit aujourd’hui à Paris. Après des études d’anglais à l’université de Montpellier et Concordia à Montréal, elle poursuit par une section édition à Paris. Commence alors une carrière en tant que correctrice, rewriter et éditrice de production. Parallèlement, elle s’intéresse à la nouvelle et évolue dans le milieu des revues, que ce soit en tant qu’auteure en publiant au Cafard hérétique, Harfang ou encore Traversées, ou membre du comité de lecture de Rue Saint-Ambroise, une collaboration qui durera cinq ans. En tant que traductrice, elle travaille sur des romans ou des manuels illustrés pour des maisons d’édition, et propose des traductions de nouvelles à Rue Saint-Ambroise. En 2018, elle cofonde avec Nathalie Tournillon, une amie de longue date, l’association Graminées, dont le but est de promouvoir le genre de la nouvelle, en particulier étrangère, d’offrir aux traducteurs la possibilité de partager leurs coups de cœur, et enfin de mettre à l’honneur le travail d’illustrateurs. En décembre 2019, paraît le premier numéro de la revue Graminées, consacré au thème Couple(s).

 

Pour Graminées :

Consolata, une nouvelle de Nuala O’Connor (Irlande)
Il ne s’appelait pas Jésus, une nouvelle de NoViolet Bulawayo (Zimbabwe)
Parce que c’est mercredi, une nouvelle d’Alison Louise Kennedy (Écosse)
L’Homme marié, une nouvelle de Sue Hammond (Nouvelle-Zélande)
Karla, une nouvelle de Laura Elizabeth Woollett (Australie)
Tout droit d’Amérique, une nouvelle d’Olufunke Ogundimu (Nigeria)

Pour Rue Saint-Ambroise :

Monsieur Carlton, une nouvelle de David Constantine (Angleterre)
Le Lanceur de pierres, une nouvelle d’Adam Marek (Angleterre)
Cet homme-là, une nouvelle d’Alison Louise Kennedy (Écosse)