© John Foley Opale Leemage Editions Fayard

« Plus d’une langue », dimanche 4 octobre de 14h à 15h30, avec Gilberte Tsai, Château du Val Fleury 1 de 12h à 13h.

 

Barbara Cassin est chercheuse au CNRS, philosophe et philologue et spécialiste de philosophie grecque, elle travaille sur ce que peuvent les mots, pouvoir démultiplié par la diversité et la richesse des langues. Elle a été élue à l’Académie française le 3 mai 2018.

Vient de paraître aux éditions Fayard son autobiographie philosophique, Le bonheur, sa dent douce à la mort ; dans la nouvelle collection « A ciel ouvert » (Bayard) paraîtra cet automne un ouvrage sur les Maisons de la sagesse, projet qui vise à constituer un réseau de lieux et d’actions, centré autour de la traduction comme savoir-faire avec les différences. Elle est l’auteure de nombreux livres, parmi lesquels : Éloge de la traduction. Compliquer l’universel (Fayard, 2016) et Plus d’une langue (Bayard, 2019) dans la collection Les petites conférences dirigée par Gilberte Tsaï.

« Chacun naît dans la ou les langues qu’on parle autour de lui. Mais qu’est-ce qu’une langue maternelle? Et qu’arrive-t-il quand on en apprend une autre? Si chaque langue dessine un monde, qu’est-ce qui se dessine quand on en parle plusieurs? Passer d’une langue à l’autre, en apprenant, en traduisant, c’est s’aventurer dans une autre manière de faire passer le sens. Toutes ces manières, quand on les frotte les unes aux autres, s’enrichissent : on comprend mieux ce que l’on essaie de dire quand on sait que cela se dit autrement, dans une autre langue, avec des mots qui ne disent peut-être pas tout à fait la même chose. Toutes les langues du monde s’enrichissent... » (Plus d’une langue. Ed. Bayard)